Louise Vandendriessche

Joli blesser et beau meurtrir

Dans ce projet, je propose un suspens onirique, une évasion merveilleuse... Plus douce ici, plus meurtrie là.

Naïf, charmant ou sublime, le merveilleux voisine continuellement avec l’obscurité. Il nous jette de la poudre aux yeux pour panser nos blessures, pour combler ce qui est difficilement supportable ; il maquille nos questionnements et nos peurs profondes.

Mon questionnement, mon tourment à moi, concerne mes mains (pour ne pas dire mon corps de femme), trop habituées à bien-faire.

Je suis de ces mains virtuoses qui ont acquis un savoir-faire technique ; mais avoir de l’or dans les doigts ne suffit pas. Je voudrais blesser, tenter la meurtrissure, pour franchir ce cadre qui m’a été donné et dépasser la perfection de l’artisanat.

Et le corps est mon support. 

Parcours:

Été 2010 : rencontre avec l’artisanat péruvien lors d’un grand voyage

2010 : DSAA Mode et environnement, École Duperré, mention bien

2010 : exposition de bijoux tissés, Hôtel-Dieu, Brie-Comte-Robert

2009 : stage chez Peclers

2008 : DMA broderie, École Duperré, mention félicitations